Vous êtes sur la page "Reportage dernière activité" ...

Les APN et la retraite de Russie, du 26/08/2012 au 12/09/2012 (2)

Par Jean-Yves Labadie - Le Dimanche 20 Janvier 2013

Jour 3 : Mercredi 29 : Le Niémen/K aunas/Trakaï/Vilnius

Inutile de dire que nous dormîmes fort peu, devant prendre le petit-déjeuner à 8h30 avant de nous rendre à la colline Napoléon. Effectivement, le 24.06.1812, le gros de l'armée Napoléonienne franchit Niémen, fleuve marquant la frontière entre le Duché de Varsovie et la Russie. Napoléon assista au passage de ses troupes depuis le sommet d'une colline appelée depuis «  colline Napoléon ». La veille, un lièvre s'était faufilé entre les pattes de son cheval, effrayant ce dernier et faisant tomber l'Empereur, la superstition s'empara des soldats qui y virent un mauvais augure. Un monument rappelle ce fait.

Le monument du cheval et du lièvre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous reprenons ensuite la route pour Trakaï, à une trentaine de km de la capitale lituanienne. Cette ancienne cité médiévale, fut, en 1812, le Q.G. Du 4eme corps de la Grande Armée commandé par le prince Eugène de Beauharnais. Nous y arrivons pour déjeuner à 14h30. De notre restaurant, nous apercevons le château fortifié de brique rouge, édifié sur une presqu'île au bord du lac Galvé et qui fut la résidence des grand-ducs au XIVeme siècle. 

Le château

Nous reprenons la route pour, cette fois, Vilnius. Sur le chemin, nous nous arrêtons un instant, car tout près se trouve la côte de Ponary, normalement celle-ci devrait être faite au retour, lors de la retraite, mais nous ne résistons pas à aller voir celle-ci de plus près. La côte est très étroite et boueuse, et lors de la retraite, en plus, elle était gelée. Il faut imaginer les soldats poussant les 
canons et les fourgons, et, bien souvent, poursuivis par les cosaques, les délaissant pour sauver leur peau.
 
La côte de Ponary

Nous atteignons Vilnius à 16h30. Napoléon séjourna à Vilnius, à l'aller, du 28.,06 au 16.07.1812, et,  lors de la retraite, il y revint le dimanche 6 décembre au lever du jour, alors qu'il avait gelé à -28° pendant la nuit. 

Nous visitons le cimetière d'Antakalnis, car, c'est à cet endroit, à l'emplacement réservé aux héros de la Lituanie morts pour la patrie, que reposent les corps des milliers soldats découverts au cours des fouilles en octobre 2001 et réinhumés solennellement le 1.06.2003. On peut y lire l'inscritption suivante : 

Ici reposent les restes des soldats

Des vingt nations qui composaient la Grande Armée de l'Empereur Napoléon 1er

Morts à Vilnius au retour de la Campagne de Russie en décembre 1812.

Nous fîmes une minute de silence, puis chantâmes la Marseillaise.

Au cimetière d'Antakalnis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec un léger retard sur l'horaire, nous nous rendons à l'hôtel et y dînons avant de nous coucher.

(A suivre)

Retour haut de page Flèche haut