Bienvenue sur le site des Amis du Patrimoine Napoléonien

L'Editorial du Président,n°47

Par Daniel Poisson - Le Dimanche 10 Novembre 2019

Image de l'éditorial

Editorial du Président, n°47

 

Un anniversaire très réussi à Ajaccio,

Les 250 ans de la naissance de Napoléon,

Mais beaucoup d'absents

 

Quel plus bel hommage que celui qui fut rendu, le 15 août dernier dans cette belle ville d'Ajaccio, à l'enfant du pays, Napoléon, né il ya 250 ans.

 

La passion et le souci de restituer l'événement, l'immense travail accompli par la muicipalité et les organisateurs étaient dignes d'éloges et de reconnaissance.

Anniversaire fêté en présence du Prince Jean-Christophe Napoléon et de son père Charles, de la comtesse Olympia Von Arco Zinneberg, du présient du Sénat Gérard Larcher, des autorités civiles et militaires de l'Empereur campé par notre ami belge et de ses soldats. Fière, la foule a vibré, recueillie et enthousiaste.

 

Pendant ce temps, sous le dôme étincelant des Invalides, la mémoire de Napoléon était pieusement honorée.

Mais, quelle tristesse de constater l'absence du plus Haut Représentanr de l'Etat et de ses ministres, alors que le bicentenaire de sa naissance avait été élevé avec le président Georges Pompidou et de très nombreux ministres.

Confié pour partie à notre ami, l'historien talentueux David Chanteranne, le souvenir de l'Epopée a marqué les esprits.

 

Mis à part quelques trop rares médias, la presse nationale fut complètement transparente !

Comment de grands organes de presse ont-ils pu occulter cette magistrale comm émoration qui dépassait largement les murs ensoleillés de la cité ajaccienne ?

Comment également ne pas se souvenir de ces images attristanres de 2005, largement décrites dans les médias d'alors qui représentaient le fleuron de notre marine nationale, le porte-avion Charles De Gaulle, voguant de concert avc l'ennemi d'hier, trop fier de commémorer, à notre barbe, « Trafalgar ».

 

Nos deux grands hommes, Napoléon et Charles De Gaulle, devaient s'en retourner dans leur dernière demeure.

 

Il n'est pas possible, dans le cadre de cet éditorial, de rappeler toutes les réalisations de Napoléon, géne civil et militaire, que bien des étrangers nous envient.

Mais, cet occasion invite à la réflexion La première, c'est cette ignorancl'on ne doite de notre Hiqtoire nationale et cette négligence pour le plus grand nombre de nos compatriotes de tenter d'en savoir davantage et la seconde, cette banalisation permanente de la repentance.

 

L'héritage du passé doit être conservé. C'est notre bien le plus précieux et l'on ne doit jamais l'oublier !

Il appartient à notre conscience nationale et sans tomber dans une nostalgie primaire, force est de constater qu'un pays comme le nôtre est à la hauteur que s'il réussit sur le socle de son passé.

 

Si les médias, sont en principe, des interlocuteurs privilégiés qui vonnt souvent dans le sens de l'intérêt général, j'avoue franchement, qu'à l'occasion de ce bel anniversaire historique, beaucoup n'ont pas été à la hauteur.

Au lieux et pour le meilleuur, il y a fort heureusement encore, des associations qui n'oublient pas et sont fières d'en être les héritiers.

 

Espérons que 2021, pour le bicentenaire de sa mort, ne soit pas une année passée sous silence.

Daniel Poisson